Category: Actualité

Manifestation de soutien aux migrants – Limoges 5 octobre 2019 – Non aux expulsions

Les migrants ne sont pas les coupables ! NON AUX EXPULSIONS
MANIFESTATION à LIMOGES samedi 5 octobre à 15h devant la Préfecture.

Au moment où sont célébrées, pour la 36e année consécutive, les francophonies à Limoges, des personnes résidant dans notre ville vont être jetées à la rue.
▪ Comment accepter, au moment où sont célébrées des valeurs d’échanges, de partage, d’ouverture aux autres,«de construction de ponts à travers le temps et l’espace », que des personnes soient privées d’un lit et d’un toit !
Ce sont près de 100 personnes (adultes, enfants) migrant.e.s, exilé.e.s qui occupent une ancienne friche industrielle (avenue de la Révolution, à Limoges) et qui en ont fait, avec l’aide de personnes, un lieu de vie.

En effet, les propriétaires du lieu ont déposé une demande d’expulsion. Celle-ci sera jugée le vendredi 11 octobre à 10 heures à la Cité judiciaire de Limoges.
Refusant de voir des hommes, femmes et enfants jetés à la rue, nous vous appelons toutes et tous à venir manifester :
Soyons très nombreux à dire :
• qu’il est indispensable de créer des hébergements d’urgence afin que personne ne dorme dehors,
• que nous voulons que tout individu ait un toit, qu’il puisse vivre là où il décide de résider,
• que la politique migratoire de la France fabrique des clandestins, et que les politiques migratoires restrictives de l’Europe créent des migrations “irrégulières”.
Manifester son soutien en participant à la manifestation du 5 octobre et en étant présent le 11 octobre devant la Cité judiciaire, pour dire non à l’expulsion, c’est également soutenir tous les exilé.es qui subissent les politiques répressives et racistes.


N’hésitez pas à diffuser le tract suivant autour de vous ! Tract appel manif 5-10-2019

Marche mondiale pour le climat à Limoges et Saint-Junien le 21 septembre 2019

A deux jours du Sommet Action Climat à New-York, le Collectif Marche pour le Climat 87 organise deux Marches… et ENSEMBLE! 87 appelle à la réussite de la mobilisation.

La Marche mondiale pour le Climat aura lieu samedi 21 septembre 2019 :

• à Limoges : départ à 11h place Franklin Roosevelt (à côté de la mairie)

à Saint-Junien départ à 11h place du Champ de Foire

Voici le texte d’appel du collectif :

Comment réduire les émissions de gaz à effet de serre de façon drastique
pour les ramener à zéro d’ici le milieu du siècle ?

Nous savons que les chefs de gouvernements et chefs des plus grandes entreprises internationales réunis à New-York ne prendront de véritables décisions et ne s’engageront que sous la pression des opinions publiques.

Aussi, le Collectif Marche pour le Climat 87, comme partout ailleurs dans le monde, organise ces deux Marches,

  • pour faire entendre notre volonté de voir prises les mesures fortes qui permettraient de limiter le réchauffement climatique à 1.5°C,
  • pour montrer que nous sommes nombreux à accepter le changement de modèle de société que cela implique,
  • pour soutenir ceux qui agissent effectivement dans ce sens.

 

C’est aujourd’hui que se fabrique le climat de demain !

A l’issue de la Marche, à Limoges comme à Saint-Junien, autour des stands des associations partenaires, les marcheurs pourront échanger sur ce qui se fait déjà et sur ce qu’ils peuvent réaliser ensemble.

A Limoges, place du Champ de Juillet, il y aura des expositions et des discussions en particulier autour du thème de la mobilité ainsi qu’un pique-nique (stands de restauration sur place).

Les associations et organisations qui soutiennent la Marche :  55 citoyens pour Limoges / Agrobio / Alder Climat-Energie / Alternatiba / Amis de la Terre  / Amnesty International / Attac 87 / Ardear / Artisans du Monde / Campus à Cultiver / Citoyenne solaire / Confédération Paysanne / Cfdt 87 / Cgt 87 / Cgt Cheminots / Eol 87 / Géosphère / Grands-Parents pour le Climat / La Fabrique Citoyenne / La Grainothèque / L214 / La Maison de l’Architecture / La Nef / Le Pelou / Les Cigales / Limousin Ecologie / Limousin Nature Environnement / Manger bio / Par ici la Bonne Soupe  / Réseau pour les Alternatives Forestières / Roosevelt 87 / Résonance Paille / Saint-Junien Environnement / Saveurs Fermières / Sources et Rivières / Syndicat Sud Santé Sociaux 87 / Terre de Liens / Tram-Train / UFC Que Choisir de la Haute vienne / Véli-Vélo / Zero Waste Haute-Vienne …

Manifestation de soutien aux migrants à Limoges – Samedi 7 septembre 2019

A l’appel du collectif Chabatz d’entrar, auquel participe Ensemble!, une manifestation est organisée à Limoges pour stopper les expulsions de migrants.

Rendez-vous samedi 7 septembre 2019 à 14 heures, devant la préfecture de Limoges.

Voici le texte d’appel : 
Après Paris, Lille, Lyon, Bordeaux, Montpellier… Limoges a droit à son lot d’expulsion de squats et de migrant-e-s…
Au demeurant, suite à une première expulsion en mai 2019, un second lieu inoccupé jusqu’alors depuis 10 ans est ouvert pour accueillir les expulsé-e-s, les débouté-e-s, les apatrides… au 4 bis avenue de la Révolution à Limoges.
À ce jour, 90 personnes y logent dont une vingtaine d’enfants scolarisé-e-s. Sans ce lieu, c’est la peur, l’isolement, la rue… Problème, à cette veille de rentrée : le marché lucratif de la friche industrielle possède bien plus de valeur qu’un abri à sans-papiers. Alors, chaque personne vivant au squat est conviée au procès le 9 septembre aux fins d’expulsion.
Remercions les promoteurs immobiliers de se préoccuper de l’écologie et de notre santé…
Remercions l’État et ses lois Élan et Alur de se porter garant de la propriété.
Crever dehors, c’est sain !
Parce que l’écologie n’est pas un bien immobilier, parce-que la migration n’est pas un marché, et que la vie ne devrait pas dépendre d’un simple statut légal.
Soyons solidaires, nombreux et révolté-e-s !
Manifestation de soutien aux migrants samedi 7 septembre à Limoges, 14h devant la préfecture.

Faites circuler l’info !

Migrants à Limoges – Contre l’expulsion du CRDP – Stop Dublin – samedi 25 mai 2019

 Le collectif Chabatz d’entrar, auquel participe ENSEMBLE! s’associe à l’appel de la campagne STOP DUBLIN ! dans les villes d’Europe à la veille du vote des élections européennes.

MANIFESTATION
STOP DUBLIN ! Sauvons le droit d’asile !
RDV : 14 h 30 – préfecture Limoges

• Pour l’abrogation des accord de Dublin.

• Pour la liberté du choix du pays d’accueil des demandeurs d’asile.

Sauvons le droit d’asile ! STOP DUBLIN !

Les exilé(e)s ne peuvent pas choisir le pays dans lequel ils souhaiteraient demander l’asile.
Le règlement dit « Dublin III » prévoit qu’une demande d’asile doit être examinée dans le premier pays européen où les empreintes du demandeur ont été prises. Les demandeurs d’asile arrivant principalement dans les États à la frontière sud de l’Union Européenne (Italie, Grèce, Espagne, Bulgarie…), leurs empreintes y sont prises de façon plus ou moins forcée : ils sont automatiquement soumis à ce règlement.
L’Europe a fait le choix de répondre à la « crise migratoire » en créant une véritable crise de l’accueil.

Le système Dublin nie la solidarité entre les États !

Le règlement Dublin n’est pas une politique d’asile. Il permet aux pays du nord de l’Europe de renvoyer les demandeurs d’asile, essentiellement dans les pays du sud qui doivent assumer la gestion de presque toutes les demandes d’asile.

Le système Dublin est coûteux, absurde et inefficace !

Des millions d’euros sont dépensés chaque année par les États pour contrôler leurs frontières et se renvoyer les demandeurs d’asile qui errent d’un pays à l’autre pendant des mois.
En France en 2016, il y a eu autant de dublinés renvoyés que de dublinés réadmis depuis d’autres pays!
Tout cet argent dépensé dans l’application du règlement Dublin pourrait être utilisé pour une véritable politique d’accueil.

Plus d’infos sur :http://www.stopdublin.eu/

Et à Limoges ? Squatteur et étranger : une double peine ?

Arrêtons de fabriquer des « sans droit ni titre » qui sont interdits de cité (privés de logement, privés de ressource, privés de circulation.

epuis plus d’un an le collectif Chabatz d’entrar interpelle les pouvoirs publics sur le manque de place d’hébergement d’urgence inconditionnel. 

Depuis un an, l’ouverture d’un lieu d’accueil situé dans les locaux de l’ex-CRDP, sur le campus de la faculté des Lettres et Sciences Humaines de Limoges, a mis sur la place publique ce manque de places et l’incapacité du « 115 » à répondre à l’ensemble des situations rencontrées, que les personnes soient considérées ou non comme vulnérables.

Environ 75 personnes (dont 25 enfants) occupent toujours l’ex-CRDP. 

Ce Samedi 25 mai est l’ultimatum pour quitter les lieux. Mais pour aller où ?

Occupant.es, sympathisant.es, militant.es, nous continuerons à nous faire entendre tant que les pouvoirs publics ne prendront pas des décisions pérennes avec des partenaires sociaux répondant aux besoins des personnes migrantes.

Comme depuis de nombreux mois nous avons besoin de votre soutien et encore plus dans les jours qui viennent concernant l’expulsion de l’ex-CRDP. Venez en nombre samedi 25 mai à 14h30. Et faites circuler l’info !

Voici le tract que vous pouvez diffuser : Tract manif 25-05-2019

Non à l’expulsion sans relogement des migrants de l’ex-CRDP de Limoges ! Manifestation le mardi 23 avril 2019 à 18h30

 Face à la défaillance des pouvoirs publics concernant l’hébergement d’urgence, le collectif Chabatz d’entrar a mis à l’abri 90 personnes dans l’ancien Centre régional de Documentation Pédagogique (CRDP) de Limoges il y a près d’un an.

Le Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, propriétaire de ce bâtiment a, au lieu de contribuer à des propositions de relogement, engagé une procédure judiciaire d’expulsion, mettant à la rue les habitants. Si des solutions ont pu être trouvées pour quelques occupants, 70 personnes dont une vingtaine d’enfants vont sans doute devoir coucher dehors à compter du 26 avril 2019, date d’application de la décision de justice.

Il y a urgence à apporter des solutions humaines à des personnes qui demandent simplement le droit de vivre comme tout un chacun. C’est l’empilement de législations toujours plus répressives à l’encontre des migrants qui fabrique des gens sans droits et des exclus. D’autres choix de solidarité sont possibles !

C’est pourquoi le collectif « Chabatz d’entrar » appelle tous les haut-viennois à exprimer leur refus de cette expulsion qui porte atteinte aux droits humains  lors d’une manifestation bruyante (apporter de quoi faire du bruit !)  à Limoges le mardi 23  avril 2019 à 18h30 devant le Conseil régional (boulevard de la Corderie) ».

Voici le tract d’appel à la manifestation : n’hésitez pas à le diffuser autour de vous ! Tract manif 23 avril

Le ferroviaire, un enjeu d’avenir pour nos territoires – Conférence à Limoges le samedi 6 avril 2019

 Le Comité de Vigilance Citoyenne du Limousin qui regroupe, dans la défense du ferroviaire,  la CGT cheminots, ENSEMBLE !, Parti de Gauche, PCF, ADS, Génération.s, EELV, France Insoumise et le NPA , organise une conférence à Limoges.

Elle aura lieu le samedi 06/04 à Ester à partir de 9h  sur le thème « Le ferroviaire, un enjeu d’avenir pour nos territoires ».

Vincent Doumayrou, journaliste, auteur du livre : « La Fracture Ferroviaire » sera également présent.

Vous trouverez ci-joint une invitation avec le détail du programme et le plan d’accès : 2019-06-06_INVITATION Conférence

Voici également l’affiche de la conférence. N’hésitez pas à faire circuler l’information !

Migrants – Contre l’expulsion des habitants du CRDP à Limoges, rassemblement vendredi 5 avril 2019 à 14h30

 « Depuis maintenant près d’un an, le collectif Chabatz d’entrar, engagé dans la solidarité avec les migrants en Haute-Vienne a dû, face à l’inaction de l’État, mettre à l’abri 90 personnes dont un tiers d’enfants dans l’ancien Centre Régional de Documentation Pédagogique (CRDP) de Limoges. Dans le même temps, le collectif a continué à interpeller l’ensemble des collectivités sur la nécessité, en Haute-Vienne, d’ouvrir de manière permanente 200 places d’accueil supplémentaires pour tous ceux qui dorment à la rue.

Au lieu d’accompagner cette démarche, le conseil régional de Nouvelle-Aquitaine vient d’engager, pour la deuxième fois, après avoir été débouté fin août 2018, une nouvelle procédure d’expulsion pour la quasi-totalité des habitants du CRDP.

Nous ne pouvons accepter qu’à l’issue d’une procédure judiciaire 90 personnes se retrouvent à la rue, sans solution de relogement pérenne. La solidarité, la fraternité ne sont pas des mots creux ! Et il est possible de faire autrement.C’est pourquoi le collectif « Chabatz d’entrar » appelle tous les haut-viennois à manifester leur refus de cette procédure d’expulsion qui porte atteinte aux droits humains  et à une présence massive lors de l’audience publique au tribunal administratif de Limoges le vendredi 5 avril 2019 (1, cours Vergniaud, au bord du champ de juillet, quartier de la gare) ».

A noter : le Collectif CHABATZ d’ENTRAR comprend des associations (la Ligue desDroits de l’Homme, le MRAP, la CIMADE, Le Mas d’Eymoutiers, la Maison des Droits de l’Homme, la Libre-Pensée,le Collectif des Sans papiers, Planning Familial, Coordination des Intermittents et Précaires, Dessine-moi un logement, Libre Pensée 87,…), des syndicats (FSU, CGT, Solidaires, CNT, UNEF, SyndicatGénéraldesLycéens, …), des partis politiques (ENSEMBLE !, Europe-Ecologie Les Verts, PCF, Parti de Gauche, Jeunesses Communistes,NPA, VP, LO .. .) et de nombreux citoyens.

Journée internationale des migrant-es : manifestation à Limoges mardi 18 décembre 2018

  MANIFESTATION MARDI 18 DÉCEMBRE 2018 – RDV – 18 heures – place d’Aine à Limoges – Journée internationale des Migrant-es

Manifestation à l’appel du collectif Chabatz d’entrar auquel participe Ensemble! 87. Ci-dessous, le texte d’appel.

La Journée internationale des migrant-es, proclamée par l’Organisation des Nations unies est célébrée tous les 18 décembre de chaque année dans les États membres de l’ONU afin de « dissiper les préjugés »sur les migrants et « de sensibiliser l’opinion à leurs contributions dans les domaines économique, culturel et social, au profit tant de leur pays d’origine que de leur pays de destination ».

18 décembre 2018 : liberté et égalité des droits, c’est pour quand ?

Les gouvernements successifs en France et ailleurs, interprètent comme il leur convient les mots « Liberté et égalité des droits ». Ils ont fait voter des textes et des lois plus liberticides les uns que les autres. Le dernier exemple, en France, est la loi de G. Collomb : « Loi  asile et immigration ». Les capitaux circulent librement sur la planète, mais pas les humains.

C’est pourquoi, comme dans d’autres villes de France et du monde, nous, collectif Chabatz d’Entrar,

– défilerons contre la montée des nationalismes, des racismes et des fascismes qui s’étendent sur l’Europe et le monde.

– défilerons en mémoire des dizaines de milliers de femmes, hommes et enfants  mort-es sur les routes de la migration victimes des frontières et des politiques anti-migratoires des gouvernements des pays les plus riches de la planète et de leurs complices.

– défilerons pour en finir avec ces mort-es, pour la liberté de circulation et la fermeture des centres de rétention.

– défilerons contre l’idée que l’immigration crée du dumping social, pour la régularisation des sans-papiers et pour l’égalité des droits. C’est la précarisation générale, la remise en cause des acquis sociaux par les politiques d’austérité menées par nos gouvernants qui nourrissent les sentiments de mal-être et de repli sur soi dans la population.

– défilerons pour que cesse cette chasse aux sorcières envers les hommes et les femmes, en France, en Europe et dans le monde, qui pensent qu’accueillir les personnes migrantes, manifester de la solidarité envers elles, c’est construire l’humanité d’aujourd’hui et le monde de demain.

Nous défilerons, à Limoges, car :

  • nous sommes solidaires de ces étrangers avec ou sans papiers, installés au CRDP,
  • nous demandons la fin des tests osseux
  • nous demandons la régularisation des sans papiers,
  • la création de 200 places d’hébergement inconditionnel sur Limoges

Communiqué d’ENSEMBLE! 87 – Le Président annonce du vent. Vent debout, amplifions la colère !

 En parfait illusionniste, Emmanuel Macron s’est contenté d’annoncer lundi 10 décembre de faux coups de pouce sans renoncer à son projet politique.

La hausse de salaire de 100 euros est un simple tour de passe-passe, recyclant des annonces antérieures, comme les hausses prévues de prime d’activité,et renforçant les exonérations de cotisations sociales. Pour les retraités les plus modestes, il se contente d’atténuer les dégâts qu’il a lui-même causés.

A aucun moment le président ne parle de redistribution des richesses, pourtant au cœur des revendications. Le financement des quelques mesures se fera sur l’argent public, pour ne pas indisposer grands patrons et riches financiers. Pas de remise en question du CICE (40 milliards d’euros par an pour les grandes entreprises) ou de la flat tax ; pas de rétablissement de l’impôt de solidarité sur la fortune !

A aucun moment il ne parle de justice sociale. Pas derevalorisation significative du SMIC, pas de hausse des minimas sociaux, ou de revalorisation des retraites. Où sont les mesures permettant de renforcer les services publics et de répondre aux simples exigences d’une vie digne ?

A aucun moment Macron ne parle de transition écologique, alors qu’il en faisait le prétexte à sa taxe sur les carburants. La soif de démocratie, portée sur tous les ronds points de France n’a pas non plus été entendue.

Emmanuel Macron se contente juste d’infléchir sa communication publique, mais il continue comme avant, servant de bouclier et de porte-parole aux plus riches et appelant à la répression des mouvements sociaux. Rien ne change pour toutes celles et ceux qui crient haut et fort à l’injustice ! Rien de plus pour les plus précaires, rien de moins pour les plus riches.

ENSEMBLE ! 87 appelle à la réussite et à l’unité de toutes les mobilisations qui permettent de combattre les choix de société de ce gouvernement. En Haute-Vienne, toutes et tous, participons à la mobilisation syndicale du vendredi 14 décembre (10h30 carrefour Tourny) et samedi 15, à l’acte V des gilets jaunes (barrages de ronds-points, 14h carrefour Tourny).

Manifestation en solidarité avec le peuple palestinien : samedi 24 novembre 2018 à Limoges à 15h

 A l’appel du Collectif pour une paix juste entre Palestiniens et Israéliens, premiers signataires :   Limousin-Palestine (AFPS), Femmes en noir, Comité BDS, ACFAL, MRAP, Ensemble, NPA, EELV, ADS, MRE, PCF…

Manifestation Samedi 24 novembre à 15 h – Départ : Place St Michel (St Michel des Lions) à Limoges

Il y a 70 ans, la Naqba (Catastrophe pour le peuple palestinien) a lieu suite à la proclamation de l’indépendance d’Israël ; 800 000 Palestiniens sont expulsés de leurs foyers et de leurs terres, des villages sont rasés…

Aujourd’hui, l’Etat d’Israël poursuit la colonisation de la Cisjordanie et notamment celle de Jérusalem-Est ; plus de 600 000 colons sont installés en Cisjordanie. Le gouvernement israélien viole en toute impunité les droits humains et le droit international en privant les Palestiniens de la liberté de se déplacer, de travailler ou de se soigner, par la mise en place des check-points, le mur, les routes de contournement.

Gaza est sous blocus total depuis juin 2007. 2 millions de personnes survivent par l’aide humanitaire internationale, la situation est catastrophique et l’ONU a déclaré ce territoire invivable d’ici 2020. Depuis la fin du mois de mars, l’armée israélienne tire à balles réelles sur les habitants de Gaza protestant contre le blocus et a récemment bombardé des quartiers de Gaza. Israël s’est rendue coupable de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité après que 2200 Gazaouis avaient été tués sous le déluge de feu israélien au cours de l’été 2014.

Malgré une situation désastreuse et une vie impossible, les Palestiniens continuent de résister face au blocus, à l’occupation et à la colonisation de leur pays.

Plus de 6000 prisonniers palestiniens. 

La volonté du gouvernement israélien est de briser toute résistance en emprisonnant massivement les militants des droits humains comme Salah Hamouri, avocat franco-palestinien qui était en détention administrative depuis le 23 août 2017 et qui vient enfin, juste d’être libéré, Khalida Jarrar, parlementaire est en détention administrative depuis le 2 juillet 2017.

450 Palestiniens sont encore en détention administrative Les prisonniers en détention administrative, qui peut être renouvelée tous les six mois, sont retenus pour des motifs purement arbitraires, sans procès, au mépris du droit international.

Cette situation perdure malgré les multiples résolutions de l’ONU qui réclament l’arrêt de la colonisation, de l’occupation et la restitution des terres aux Palestiniens.

Nous réclamons au gouvernement français et au Parlement européen, des mesures politiques fortes pour faire pression sur le gouvernement israélien :

  • La protection du peuple palestinien.

La suspension de l’accord d’association économique U.-E.-Israël, dont l’article 2 considère le « respect des droits humains et des principes démocratiques » comme un « élément essentiel ».

  • La reconnaissance de l’Etat de Palestine.

Et ainsi exiger :

  • La levée du blocus sur la population de Gaza.
  • L’arrêt de la colonisation de la Cisjordanie, préalable nécessaire pour la relance des négociations entre Palestiniens et Israéliens.
  • La libération de tous les prisonniers politiques et aussi celle de G.I. Abdallah, militant libanais de la cause palestinienne incarcéré depuis plus de 30 ans en France et éligible à la libération conditionnelle depuis 1999.

Load more