Liberté pour les 6119 prisonniers politiques palestiniens : rassemblement à Limoges samedi 3 mars

 A l’appel  du Collectif pour une paix juste entre Palestiniens et Israéliens : Limousin-Palestine (AFPS), Femmes en noir, Boycott-Désinvestissement-Sanctions (BDS), un rassemblement est prévu le samedi 3 mars à 15h place de la Motte à Limoges.

Ensemble ! appelle à y participer.

Voici le texte d’appel au rassemblement :

Salah Hamouri, avocat franco-palestinien en détention administrative depuis le 23 août 2017. Ahed Tamimi, 17 ans, arrêtée le 15 décembre 2017 parce qu’elle tentait de faire partir un soldat israélien de son jardin. Khalida Jarrar, parlementaire, en détention administrative depuis le 2 juillet 2017. Marwan Barghouti, parlementaire, condamné 4 fois à la détention à vie pour des faits qu’il n’a jamais reconnus, …

Ils sont 6119 prisonniers dont 330 enfants, le plus jeune n’a que 8 ans, 59 femmes, 11 parlementaires…Les enfants comme les adultes sont arrêtés, poursuivis par la justice militaire israélienne, soumis à l’isolement cellulaire, interrogés, violentés…

850000 Palestiniens sont passés par les prisons israéliennes depuis 1967, soit 20% de la population.

L’emprisonnement massif est un outil de répression majeur envers les Palestiniens qui résistent à l’occupation et à la colonisation de leur pays.

Les prisonniers en détention administrative qui peut être renouvelée tous les six mois sont retenus pour des motifs purement arbitraires, sans procès, au mépris du droit international. L’Etat d’Israël maintient le blocus à Gaza qui a des conséquences catastrophiques sur la population, il  poursuit la colonisation de la Cisjordanie et notamment celle de Jérusalem-Est au mépris des droits humains et du droit international et en toute impunité. Les puissances internationales laissent faire, ferment les yeux et se taisent quand il s’agit des exactions d’Israël.

Nous demandons au gouvernement français et au Parlement européen qu’ils prennent des mesures politiques fortes.

Nous le répétons, il faut suspendre l’accord d’association économique U.-E.-Israël pour faire pression sur le gouvernement israélien et ainsi imposer la levée du blocus sur la population de Gaza, l’arrêt de la colonisation de la Cisjordanie et la libération de tous les prisonniers politiques palestiniens. Ce sont les seules conditions qui permettront de relancer les négociations entre Palestiniens et Israéliens.

G.I. Abdallah, militant libanais de la cause palestinienne incarcéré depuis plus de 30 ans en France et éligible à la libération conditionnelle depuis 1999 doit aussi être libéré.

Nous demandons instamment au gouvernement français de reconnaître l’Etat de Palestine.

Le Parlement européen et les gouvernements doivent impérativement imposer le droit dans cette région du monde.

Le peuple palestinien résiste ! Soutenons-le !

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.