Limoges Terre de Gauche – Conseil municipal du 19 décembre 2017

 Compte rendu du conseil municipal de Limoges fait par le groupe Limoges Terre de Gauche, auquel participe ENSEMBLE!  (élu : Frédéric Chalangeas) et repris de www.limogesterredegauche.fr

Hébergement d’urgence.
La question orale posée par le groupe Limoges Terre de Gauche en ouverture du Conseil Municipal du 19 décembre portait sur l’hébergement d’urgence. Frédéric Chalangeas a donné lecture d’une lettre adressée au début du mois au Maire de Limoges ainsi qu’au Préfet de la Haute-Vienne par le collectif Chabatz d’entrar.
Cette lettre attirait l’attention sur le manque de solutions d’hébergement et sur les situations dramatiques engendrées pour des familles parfois accompagnées d’enfants en bas âge.
Frédéric Chalangeas demandait si une réponse avait été apportée à cette lettre et si un dialogue avec le Préfet avait été établi.
Mme. Vercoustre affirma dans sa réponse que l’hébergement d’urgence était une compétence d’Etat et non une responsabilité municipale. Les familles qui cherchent un abri pour la nuit ne sont probablement pas au courant de ce partage des compétences.
Cependant, Madame Vercoustre rappela que la municipalité avait ouvert en urgence le gymnase du Sablard au début de n’année 2017 (ce que la lettre du collectif rappelait également).
Nous pourrions en conclure que des décisions peuvent parfois être prises, même si elles dépassent le cadre strictement légal des compétences.

Cour d’appel de Limoges.
Une motion réclamant le maintien de la cour d’appel de Limoges a été votée à l’unanimité.

Egalité femmes/hommes.
Le Maire a ensuite présenté le 1er rapport sur la situation en matière d’égalité femmes/hommes dans la commune. Depuis le 1er janvier 2016, la loi fait en effet obligation aux communes de plus de 20 000 habitants de présenter un rapport sur l’égalité  femmes-hommes préalablement aux débats sur le projet de budget.  Danielle Soury note tout d’abord l’intérêt d’un tel état des lieux qui concerne tant l’administration municipale que le territoire communal.  Puis elle regrette que concernant la présence des jeunes filles dans l’espace public, la question ne soit dans le rapport  « étrangement abordée que pour les quartiers populaires, et encore que sous l’angle des actions financées dans le cadre de la politique de la ville. (lire l’intervention)

Budget primitif.
Même si cette délibération constituait le dossier principal de ce conseil, il y a peu à en dire, tant M. Lombertie reste fidèle à sa gestion, dirigeant une municipalité comme on dirige une entreprise privée. Taille dans le budget de fonctionnement comme dans celui d’investissement, réduction de l’emprunt, etc… M. Lombertie annonce fièrement que la ville empruntera 5 Millions d’euros de moins en 2018 que l’année passée. 5 millions d’euros est également la somme engendrée par la hausse de la fiscalité en 2017. Comme l’a fait remarqué Gilbert Bernard (lire ici son intervention) cette somme aurait pu être rendue aux limougeaux, comme l’avait promis le Maire. Prenons le pari que celui-ci tiendra sa parole, mais atendra pour celà l’approche du changement de mandature. Le groupe Terre de gauche a voté contre ce budget primitif.

SRADDET
Le Maire présenta ensuite une contribution de la ville de Limoges au « Schéma Régional d’Aménagement, de Développement Durable et d’Egalité des Territoires » concocté par la Région Nouvelle Aquitaine.
Alors que la création de la grande région entraîne la Ville dans une spirale du déclin (pour reprendre les mots de R. Savy), Danielle Soury relève que le Maire persiste à y voir « une occasion historique d’élargir nos horizons ». Et ce qu’il  prétend proposer comme « autre voie » pour Limoges, sous le vocable de « système métropolitain polycentrique », n’est en réalité qu’une voie sans issue: c’est toujours le même modéle, celui de la métropolisation, au nom duquel par exemple a été poursuivie la chimère de la LGV. D’autres modèles de développement des territoires sont pourtant possibles.
Gilbert Bernard concéda que le groupe Terre de Gauche partageait certaines options de cette contribution (POLT, moratoire sur la création de nouvelles grandes surfaces…) tout en concluant que cette SRADDET « ne sera au mieux qu’un cautère sur la jambe de bois de la métropolisation ».

Urgence POLT
Le groupe Terre de Gauche a ensuite eu le plaisir de voir le Conseil Municipal voter à l’unanimité l’adhésion de la ville de Limoges à l’association Urgence-POLT.

DSP Parkings souterrains.
Une délibération concernait le regroupement sous un seul contrat les différentes délégations de service public gérant les parcs de stationnement souterrains de Limoges.
Gilbert Bernard démontra dans son intervention que les arguments présentés plaident en faveur d’une gestion municipale des parkings, contrairement au choix retenu. Il rappela que d’autres villes de même strate, dirigées par des maires du même bord politique que M. Lombertie, en sont arrivées aux même conclusions que Gilbert, et ont préféré la régie municipale à la délégation de service publique.

Discriminations ethniques pour l’accès au logement :
Danielle Soury a interrogé le Maire à propos des discriminations ethniques pour l’accès au logement (privé) révélées par l’étude du CNRS, publiée quelques jours auparavant; celle-ci pointe du doigt la ville de Limoges pour sa peu glorieuse 2e place à l’échelle nationale. A la question: « Que comptez-vous faire ? »  M. le Maire a répondu en bottant en touche. C’est clair : il ne fera rien.  (télécharger l’étude du CNRS)

Le groupe Limoges Terre de Gauche souhaite de bonnes fêtes à toutes et à tous.

Pas un enfant, pas une femme, pas un homme sans abri : rassemblement-manif à Limoges jeudi 7 décembre

Selon le 115 (numéro d’urgence pour les sans domicile fixe), 200 personnes, en Haute – Vienne , n’ont pas de réponse à leur demande quotidienne d’hébergement.
Des familles, des femmes enceintes, des enfants dorment à la rue, dans des squats (sans eau, sans chauffage, ni électricité ) …
Face à l’absence de réponse institutionnelle, les travailleurs sociaux s’épuisent à essayer de pallier l’urgence.
Ces situations sont indignes du pays des Droits de l’Homme, elles sont inadmissibles et doivent prendre fin immédiatement.
Le collectif Chabatz d’ Entrar refuse que des êtres humains soient privés de la plus élémentaire des dignités.
Ainsi afin de demander à l’État d’assumer ses responsabilités et donc de proposer un hébergement décent à toute personne qui en est actuellement privée, rejoignez – nous lors du rassemblement à l’initiative de Chabatz d’Entrar, collectif de soutien aux migrants et réfugiés (et auquel participe ENSEMBLE, ainsi que 25 autres associations, syndicats et partis de Haute-Vienne) : 
Rassemblement
le jeudi 7 décembre à 12h30
devant le  SIAO
(Service intégré de l’accueil et de l’orientation)
1 bis avenue Foucault à Limoges
avant de rejoindre la préfecture en cortège.

Quelles solidarités possibles avec les migrants ? Limoges, mardi 21 novembre, BFM, 18h30

 A l’occasion du festival des Solidarités en Limousin et de Migrant’Scène, une table ronde est organisée sur le thème : « Quelles solidarités possibles avec les migrants ? Quand la solidarité n’est pas un vain mot et qu’elle devient concrète, que se passe-t-il ? »
Initiée par la Maison des Droits de l’Homme (MDH), le collectif Chabatz d’Entrar  (auquel participent 25 organisations haut-viennoises, dont ENSEMBLE!) et la Cimade d’Eymoutiers, la table ronde a pour but de témoigner qu’être solidaire par des actes réels c’est possible. Migrants, mais aussi des personnes qui leur viennent en aide livreront leurs témoignages, attestant l’existence de solidarités locales et collectives. Un court film d’animation sera projeté en ouverture de la soirée. 

Mardi 21 novembre à 18h30 – Salle de Conférences de la BFM – Place Aimé Césaire à Limoges

On vous y attend !

Faire échec à la politique de Macron : dans la rue le jeudi 16 novembre en Limousin !

 Dans la continuité des mobilisations des mois de septembre et d’octobre contre la loi-travail XXL, mais aussi face aux annonces sans cesse répétés de cadeaux aux plus riches, et de nouvelles mesures d’austérité pour le plus grand nombre, de nouveaux rassemblements sont appelés dans toute la France par la CGT, la FSU, Solidaires, FO et l’UNEF. En Limousin, ils auront lieu aussi le jeudi 16 novembre : 

  • Haute-Vienne :
    • LIMOGES : 10h30, Carrefour Tourny
  • Corrèze :
    • TULLE, à partir de 10 h 30, à la Gare
    • BRIVE, à partir de 14 h 30, rond point du Cardinal
    • USSEL, à partir de 15 h 00, place de la République.
  • Creuse :
    • LA SOUTERRAINE : 10h ZI du Cheix 
    • GUERET : 14h30 devant la permanence du député (avenue Laroche) 

Appel des GMS et de l’intersyndicale CGT-FSU-FO à soutenir Lech Kowalski à Guéret le 15 novembre

Lech Kowalski, réalisateur indépendant, mandaté par ARTE pour un reportage sur le combat des GM&S qui essaient de sauver leur outil de travail, a du subir une garde à vue de 20 heures, doit prochainement passer devant la justice le 15 novembre à 14h au tribunal de Guéret pour rébellion.

Le tract ci-dessous, signé de l’intersyndicale CGT-FSU-FO et des salariés de GMS, appelle à se rassembler ce jour-là à 14h  devant de le tribunal de Guéret.

« Rappel des faits : alors que Mr Lech filmait les salariés-es GM&S qui occupaient la Préfecture de la Creuse le 20 septembre 2017, ce dernier s’est fait sortir manu militari par les forces de l’ordre. Une évacuation brutale, pas nécessaire et injustifiée envers un professionnel du reportage qui ne faisait que son métier. Pendant cette expulsion son outil de travail (sa caméra) a été endommagé et rendu inutilisable. Quelques minutes après cette sortie musclée, Lech Kowalski s’est fait intercepter par les forces de l’ordre.

L’injustice est caractérisée ! Alors qu’il ne faisait qu’exercer sa profession et qu’en aucun cas, il ne représentait un danger ou un trouble à l’ordre public. Force est de constater que cette arrestation est totalement ciblée du fait de sa fonction et de sa mission. Nous en sommes les premiers témoins. Nous confirmons que Mr Kowalski Lech ne pouvait absolument pas résister à cette éjection musclée et de plus était en droit d’être en colère vu l’état de son matériel. Nous avons compris que l’Etat ne tolérait pas la présence des médias pour le suivi de GM&S et le fait bien comprendre.

La provocation est évidente ! L’Etat est sur la provocation et reste sur des postures, c’est tout à fait irresponsable ou/et calculateur compte tenu du climat de tensions extrêmes qui règne dans ce dossier et des bombes à retardement sous jacentes. Des précédents ont eu lieu quelques jours auparavant à la mairie de La Souterraine sur d’autres médias. Utiliser la force publique pour intimider ou dissuader, c’est rajouter de l’injustice aux tensions, cocktail pour le moins explosif. Ce qui n’est certainement pas propice à une reprise sereine, mais la souhaite t’il vraiment ? Que l’Etat l’entende bien, ce n’est pas nous les repris et les non repris qui feront capoter le redémarrage du site de La Souterraine par GMD.

Nous appelons tous les citoyens, syndicats, politiques, à venir soutenir Mr Kowalski Lech dans cette épreuve. Jamais dans le monde où il a pu œuvrer, il ne s’est vu malmener de la sorte par l’Etat et c’est en France pays des droits de l’homme qu’il se voit traiter comme un indésirable ou un moins que rien. Nous n’imaginons pas que la justice de notre pays ne lui rende pas justice. A delà de Lech, c’est aussi la liberté de la presse qui est mise en cause, donc la liberté tout court ! »

Ensemble appelle bien évidemment à la réussite de cette mobilisation.

 

Limoges, 6 octobre : rassemblement pour la libération de Salah Hamouri

 Depuis le 23 août dernier, Salah Hamouri, avocat franco-palestinien est détenu dans les geôles israéliennes. Il a été arrêté arbitrairement par l’armée d’occupation israélienne à son domicile de Jérusalem devant sa femme et son enfant. Il est en détention administrative c’est-à-dire qu’il est enfermé sans motif d’inculpation, sans procès et pour une durée indéterminée.  L’emprisonnement massif est un outil de répression majeur des Palestiniens qui résistent à l’occupation et à la colonisation de leur pays. Environ 500 d’entre eux sont sous le régime de détention administrative.

La détention administrative est contraire au droit international et en particulier aux dispositions de la 4ième convention de Genève qui interdit à l’occupant d’infliger à une personne, une condamnation sans être précédée d’un procès régulier.

Il y a urgence : la France doit intervenir pour la libération immédiate de Salah Hamouri.

Rassemblement vendredi 6 octobre 2017 à partir de 17 h 00

devant la Préfecture de Limoges

A l’appel de :  Limousin-Palestine (AFPS), Femmes en noir du Limousin, collectif BDS (boycott-désinvestissement-sanctions), … (liste en cours). ENSEMBLE! apporte son soutien et appelle au rassemblement.

Mercredi 4 octobre : interpellons Macron avec les GMS à Egletons !

 Les GMS ont choisi d’interpeller le président Macron en visite à Egletons mercredi 4 octobre, appuyant une initiative des maires des communes impactées par les licenciements.

Les GMS invitent tout le monde à s’y rendre, afin d’obtenir une meilleure offre de reprise et un meilleur soutien aux salariés licenciés. Le rendez-vous  est à 10h sur le parking de l’usine GMS, pour un covoiturage ou à 13h à la mairie d Egletons.

Mardi 3 octobre à Limoges : rassemblement de solidarité contre la répression en Catalogne

 Solidarité internationale contre la répression en Catalogne
Rassemblement place de la Motte à Limoges
Mardi 3 octobre à 18h

Nous exprimons notre solidarité avec le peuple catalan qui pacifiquement s’est mobilisé de manière massive pour défendre son droit de décider de son avenir. Nous condamnons fermement la répression policière qui n’a pas hésité à utiliser la force pour tenter d’empêcher le référendum. Plus de 10 000 agents des forces de sécurité de l’État ont été déployés dans toute la Catalogne pour essayer de fermer les bureaux de vote, réquisitionner les urnes et les bulletins de vote. 844 blessés par la police de l’État espagnol qui a chargé violemment celles et ceux qui voulaient voter, cassant les portes des écoles frappant indistinctement les personnes âgées, les enfants, s’attaquant même à la police des Mossos sous tutelle de la Generalitat et aux pompiers catalans.

Face à la répression de l’État espagnol, le vote pour le droit à l’autodétermination du peuple catalan est exemplaire. La volonté d’un peuple ne peut être arrêtée. Malgré le déploiement de la Guardia Civil, la mobilisation a permis de protéger un grand nombre des bureaux de vote, avec une participation de plus de trois millions de votants dont 770.000 n’ont pu voir leurs voix prise en comptes plus de 400 bureaux de votes ayant été envahis par la police et leurs urnes dérobées. La Catalogne a démontré aujourd’hui que, contre un État qui refuse d’accepter un référendum et d’écouter l’expression d’une majorité de la population, la Constitution espagnole, produit d’un compromis passé en 1978 avec les franquistes est dépassée. Ce cadre juridique est utilisé comme excuse pour soutenir, la violation des droits fondamentaux et les attaques directes contre la liberté des peuples d’Espagne. Nous appelons à la solidarité internationale pour dénoncer la répression du gouvernement Rajoy et défendre la démocratie. Face à une revendication démocratique telle que le droit à l’autodétermination, la solution ne peut jamais être la répression et la violence.

Continue reading

Loi travail et politique antisociale de Macron : dans la rue le 21 septembre en Limousin et le 23 septembre à Paris !

 Après le succès de la mobilisation du 12 septembre en Limousin comme ailleurs, ENSEMBLE! appelle à la réussite des prochaines mobilisations prévues contre la loi-travail XXL  le  jeudi 21 septembre dans les rues des principales villes limousines :

 

  • Guéret, 15h, devant la Préfecture
  • Limoges, 10h30, carrefour Tourny
  • Brive, 11h devant la poste principale (place Thiers).
    Le cortège suivra le boulevard et se disloquera avenue de Bordeaux.
    Il sera possible de se restaurer sur place après la manifestation jusqu’à 13h30 pour permettre une participation la plus large possible.

Mais il s’agit aussi d’assurer la réussite de la mobilisation prévue à Paris le samedi 23 septembre. Des cars sont prévus : 

• Le car de Limoges partira de St Junien à 7h (champ de foire) et de Limoges à 7h30 (devant l’entrée du stade Beaublanc, boulevard de Beaublanc). Un arrêt sera possible à La Croisière, vers 8h00, si demande il y a. À Paris, le rendez-vous de retour sera à 18h dernier délai pour rentrer à une heure décente, avant ou autour de minuit. Le coût est de 25 euros l’aller retour par personne. En principe, le paiement se fait en ligne, par carte bancaire exclusivement, à l’adresse : https://materiel.lafranceinsoumise.fr/produit/car-insoumis-limoges/
Mais, pour ceux qui n’auraient pas de sous ou pas de carte bancaire vous pouvez vous signaler à  l’adresse mail 23septembre87@gmail.com.
Le car de Brive (participation aux frais 55 euros AR) est  à l’adresse suivante : https://materiel.lafranceinsoumise.fr/produit/car-insoumis-brive/
Contre la politique du gouvernement Macron, ne lâchons rien !

Contre la loi-travail XXL, dans la rue le mardi 12 septembre en Limousin !

ENSEMBLE! Limousin appelle à la réussite des mobilisations contre la loi travail, le 12 septembre ! Parce que la loi travail XXL de Macron, c’est une menace pour tous les salariés, pour satisfaire patronat et intérêts financiers.
La loi-travail sauce Macron, c’est :
– un permis de licencier à tout va : désormais l’employeur aura la possibilité de se débarrasser de vous si vous n’acceptez pas une modification de votre contrat de travail à la baisse en matière de rémunération par rapport à l’augmentation de votre temps de travail. Les employeurs pourraient facilement calculer le coût de l’indemnité de licenciement et son amortissement avec l’embauche d’un jeune de qualification égale mais bien moins bien payé que vous
– la précarité à tous les étages : si un employeur « oublie » de transmettre dans les délais légaux votre contrat de travail en CDD, vous n’aurez plus la possibilité d’obtenir des juges, aux prud’hommes, la requalification du contrat en CDI. Ce sont des milliers de cas contentieux aujourd’hui ! En cas d’accord de branche, les contrats en CDD pourraient être renouvelés jusqu’à cinq ans (normes européennes), les délais de carence entre deux CDD pourraient être remis en cause, favorisant la multiplication de contrats plus courts renouvelés ou pas. Les CDI de chantier, de mission ou de projet seraient généralisés à toutes les professions, à moindre coût puisque sans versement de la prime de précarité. C’est la précarisation des emplois qui deviendrait la norme
– le retour à un face-à-face entre employeur et salarié isolé : la mise en place d’un référendum à la seule initiative de l’employeur, le choix de tenir des négociations avec des salariés sans mandat syndical donc non protégés, isolés, peu ou pas formés à la négociation, remet en place des relations très déséquilibrées.
– des reculs importants en matière de santé  : banalisation du travail de nuit dans le commerce, remise en cause de la pénibilité, destruction du CHSCT, cet outil utile pour vous protéger contre les accidents et maladies professionnelles, …

– un code du travail par entreprise : les règles en matière de congés – y compris maternité – de primes diverses, de 13e mois, pourraient être négociées ou renégociées à la baisse sans aucune garantie d’une entreprise à l’autre. C’est le retour à la loi de la jungle et à la mise en concurrence des salariés, particulièrement pour les salariés de petites et moyennes entreprises.

C’est pourquoi, le mardi 12 septembre, en Limousin comme ailleurs en France, tous dans la rue : 

 
• En Creuse :
– AUBUSSON : 10h30 devant la mairie
– LA SOUTERRAINE : 10h30 à la gare
– GUERET : 15h devant la préfecture
 
• En Corrèze  :
– TULLE : 10 h 30 devant le tribunal
– USSEL : 15 h place de la République
– BRIVE : 18 h place Winston Churchill
  
• En Haute-Vienne :
– LIMOGES : 10h30 carrefour Tourny
 

Load more